la valse

Un de deux

Il reste l’ordinaire sur la table et

Des enfants mal lunés tu pourrais dire quoi ?

La tête dans la lune ?

Qui rêvait d’être astronaute, dis moi…

Dis toi que d’autres ciels sont tombés sur nos têtes depuis

Depuis

Et l’errance nocturne sous des astres bien peu cléments

De l’imaginaire aux toits gelés, aux évangiles abasourdis

Il restera

Je n’ai  peur que de ça et de ce que tu me dirais au jour

Durant les ivresses on oublie, le gel et les tuiles envolées

On aura peur de ça, du jour et de l’imagination qui s’enfuit

Les heures perdues à flâner le lampadaire clos

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s