Si « il »,

« à la mémoire » il disait, il rompait le pain

assis, rien arrive

la table trop basse, pour qu’aucun ne soit posé dessus

à la mémoire, sans songer à aucune des étoiles tombant du ciel

à la mémoire, sans savoir autre chose que le passé

à venir, il avait dit d’ouvrir les yeux

et de ne pas s’asseoir, la contemplation serait ailleurs

et d’habiter le conditionnel, on en mourrait

si il y avait « il », et l’orage tombé de la colère des vivants

à la mémoire, sans savoir autre chose que ces trois mots

posés sur la table, à nos pieds,

la mer chassera ce qu’il reste à exhumer

de l’eau, ni du ciel, ce soir, nous ne verrons une étoile tomber

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s