ô cigognes – La prime

Voyez le noir absolu, qui aveugle, qui brouille les couleurs, celles que tu n’as jamais vues. Le noir comme nouvelle aura. Scintillant, les yeux fermés voient davantage que les yeux ouverts. Un papillon, un cercle qui se transforme, une panoplie. L’étoile devient transparente, suinte. Un renard bleu surgit, il est d’un bleu impeccable. Puis le souffle, le noir, la boite se ferme, close, l’esprit, les couleurs, se ferment. Un égout, dépouille rousse qui flotte. Les yeux s’ouvrent, voyez les aller/retour, beaux et noyés, le noir sur la bouche, le même bus, la même baraque, le même médecin. Seules les langues, changent, s’agitent, jouent aux inconnus. Le chef ne parle qu’une langue, les autres en parlent au moins 4 différentes. La langue du chef devient la langue commune.

Voyez le chef, le chef qui pointe le doigt, qui pointe les faces noires, le chef qui crie, qui rit, qui rend les promotions. Stylo argenté, reflet du crâne pelé de la face noire. La prime qui tombe. Le second s’est lavé le visage, il a la peau blanche, les pommettes rougies par le froid de l’Est. Il est tombé malade il y a deux mois, les poumons en feu, feu des poudres, feu du fond, feu. Il sait qu’il n’aura pas la prime. Il pose une main sur la poignée de la porte, il a oublié de laver cette main. Voyez la qui pose ses empreintes ici, devant le bureau du chef. Voyez la porte qui s’ouvre sur ses yeux qui prient encore la sainteté animale du cul blotti sur son dossier. Dans le grand livre, écrit du noir sur du blanc, il manque 2 jours. Il n’aura pas sa prime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s