Il est une ronde de songeurs- Film

IL EST UNE RONDE DE SONGEURS
essai poético-identitaire

Projet itinérant de vidéo et d’écriture libre sur le thème de l’identité
Janvier 2007- Juin 2009

Il est une ronde de songeurs… est une chaîne d’écriture, une parole-relais. De la pellicule à la plume, on se répond. Nous avons écrit partout, ensemble, sillonnant les lignes géographiques et sociales. Passant d’une identité, d’une question à l’autre. Ce fut un essai visuel et poétique qui avance les clivages, les doutes, la rage et la ferveur d’une génération en laissant de côtés cartes et papiers.

«   Il y a une ronde, une quête, un chemin qui se tisse entre des identités pour comprendre. On cherche, on gratte, on marche à travers le temps et la pellicule à la rencontre de ces neuf artistes qui éclairent un peu la voie, à la rencontre d’une parole, un peu la nôtre, un peu celle de chacun.  »

film-essai – 29 min – DV et super 8

– réalisé par Noémi Aubry, produit par OZHO NAAYé (Anouck Mangeat) –

– musique originale par Substrat Corp –

projections suivies d’ateliers d’écriture

( à Rennes, Bar le Duc, Dijon, Fontenay sous Bois, Saint Maur, Montreuil, Metz, etc …)

***

NOTE D’INTENTION

Certains sont dénommés, prénommés, mis au banc, d’autres sont la cible d’une consommation outrancière. Nous sommes ballottés de l’extérieur. Les nouvelles frontières sont sociales et elles creusent un fossé bien plus grave entre chaque individu. OZHO NAAYé cherche à trouver ce qu’il y a à l’intérieur. A l’intérieur de nos songes, sous nos peaux. Que voit-on derrière le miroir ? Nous prenons la parole. Tous. Car elle n’a pas de rang, ou de classe, ou de visage particulier mais elle signifie… Chacun la prend, la façonne, la pille, l’aime aussi. On vient recueillir une parole, celle que l’on donne peu, celle qui parle de nous, de moi, de lui. L’identité a bon dos, elle sert de prétexte à chaque nouvelle crise, nous laissons ça et partons rencontrer des personnes et leurs mots. Il est une ronde de songeurs cherche à dire, à laisser dire, à rassembler, à croire. Alors que les sociologues français parlent de génération « sacrifiée », nous, nous avons souhaité laisser parler les concernés.

***

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s